Méthodologie de la dissertation
de philosophie

r

La dissertation est avant tout un exercice. Elle a ses règles propres, qu'il faut connaître et respecter, afin d'en tirer les bénéfices pédagogiques sans trop souffrir des inconvénients (les mauvaises notes, le découragement, mais surtout le sentiment d'une pensée fermée, étriquée, artificielle). Si l'on admet les limitations de l'exercice tout en remarquant la liberté qu'il laisse à celui qui s'y exerce, et si l'on prend conscience des principaux attendus et des compétences à développer, cela peut prendre la forme d'un jeu intellectuel, où il s'agit de résoudre une énigme et surtout de montrer qu'on est capable de rassembler des indices et des preuves pour la résoudre.On ne peut pas attendre d'un élève de Terminale qu'il apporte une solution miracle à un problème philosophique fondamental, mais seulement qu'il l'exprime clairement, qu'il en aperçoive les enjeux au-delà des jeux de mots et qu'il défende une manière possible d'en concevoir les termes afin de proposer une réponse cohérente.Autrement dit, une dissertation consiste, à partir d'une question, à:- dégager un problème philosophique et en exposer les différents enjeux,- élaborer un raisonnement ordonné qui consiste à discuter une série d'hypothèses de réponses vraisemblables pour établir quelle est la plus pertinente.Puisque ce n'est qu'un exercice, mais un exercice noté qui compte pour le bac, il faut en apprendre les règles. Comme pour tout exercice de même que pour tout jeu, la répétition est nécessaire afin de pouvoir suivre les règles avec l'aisance qui permet au bon joueur d'ajouter sa pointe d'originalité et de ne plus se sentir contraint.

1.

Préparation

r

La préparation au brouillon est la phase essentielle, que les élèves négligent trop souvent.Les idées viennent difficilement en regardant au plafond, elles surgissent au fur et à mesure, au fil de l'écriture de toutes les idées qui nous passent par la tête, même les moins pertinentes en apparence. On se surprend alors à avoir de bonnes idées ou de bons souvenirs de cours qu'on croyait oubliés.Pour une épreuve de 4h, il faut compter un minimum d'1h de préparation: 20 à 30 minutes pour l'analyse (étape essentielle qui pose tous les éléments qui seront seulement assemblés et précisés dans les étapes suivantes, il faut donc y passer tout le temps nécessaire, quitte à lutter 45mn ou 1h), 10 à 15 minutes pour la formulation d'une problématique, 20 à 30 minutes pour l'élaboration d'un plan progressif.

Analyse du sujet

Problématisation

Elaboration d'un plan

2.

Rédaction

r

Au brouillon, on n'a noté que les idées principales mais rien n'est rédigé. Il faut maintenant lier ces idées et les exposer avec clarté et concision.Je préconise l'ordre de rédaction suivant (mais il y a des variantes, à chacun de voir ce qui fonctionne le mieux pour lui):- Rédiger l'introduction au brouillon.- Ebaucher immédiatement la conclusion au brouillon, pour s'assurer qu'elle répond directement au sujet et à la problématique énoncée dans l'introduction, mais également pour ne pas avoir à la bacler en fin d'épreuve, lorsqu'on est épuisé.- Reprendre l'introduction au propre en la rendant aussi concise que possible.- Rédiger le développement en suivant le plan préétabli, en soignant particulièrement les transitions, qui doivent manifester le lien logique, la nécessité du passage d'une thèse à la suivante, en rappelant clairement où se situe le raisonnement par rapport à la question posée dans le sujet.- Enfin recopier et compléter la conclusion, en l'adaptant aux éventuelles idées surgies au cours de la rédaction.- Relire, si possible deux fois, pour corriger les étourderies, l'orthographe et la syntaxe.Il faut compter environ 40 minutes par partie, 20 minutes pour l'introduction, 10 ou 15 minutes pour la conclusion. Il faut réserver quelques minutes pour la relecture.Avant le début de l'épreuve, on peut noter au brouillon les objectifs temporels (si l'épreuve commence à 8h on écrira: 9h: plan, 9h20 brouillon intro+conclusion; 9h30: intro propre ; 10h10: 1ere partie, 10h50: 2eme partie; 11h30: 3eme partie; 11h45: conclu), qu'on réévaluera à la fin de chaque étape (si on a été trop long pour rédiger la première partie, ce qui est fréquent, on saura qu'il faut accélérer voire raccourcir les parties suivantes).

Introduction

Développement

Conclusion

4.

(Auto)-Évaluation

r

Les trois questions et les critères corrélatifs guident aussi bien l'évaluation par le professeur que l'auto-évaluation de l'élève au fil de la rédaction de sa copie et lors de sa relecture.De manière très générale (chaque sujet, chaque groupe de copies et chaque copie constituent un cas particulier), les notes se répartissent de la manière suivante:- Une très mauvaise copie (moins de 5) ne répond pas à la plupart des critères des questions 1 et 2.- Une copie insuffisante (entre 5 et 10) a de trop sérieuses lacunes soit dans la compréhension du sujet (hors sujet) soit au niveau de la méthode.- Une bonne copie (entre 10 et 15) répond favorablement à deux des trois grandes questions.- Une excellente copie (au delà de 15) satisfait avec maîtrise et clarté à la plupart des critères et surtout présente un haut degré d'approfondissement et de réflexion personnelle.

1. Le sujet est-il bien compris ?

2. La méthodologie de la dissertation est-elle acquise ?

3. La réflexion est-elle approfondie ?

3.

A faire / à ne pas faire

Vous avez terminé votre présentation
Rédemarrer
fr